Caroline AllenÉcrit par

Peaux acnéiques, à vos probiotiques!

Bien-être, Santé des Femmes, Santé intestinale| Vues: 2033

La peau est le plus gros organe du corps. Voilà un site qui est constamment exposé à des irritants physiques, chimiques, bactériens et fongiques1. Le derme humain en santé peut produire une armée de substances antimicrobiennes qui jouent un rôle important dans l’élimination de pathogènes cutanés potentiels2. D’après les données statistiques, jusqu’à 12% des femmes et 3% des hommes adultes souffrent d’acné adulte (le problème étant généralement plus grave chez les hommes), puis 78% des pré-adolescents et 85% des adolescents en sont atteints3. L’acné est une affection de la peau qui est bien plus qu’une préoccupation cosmétique, pouvant causer des séquelles émotionnelles, une baisse de l’estime de soi et même de l’isolement3.

Plusieurs spécialistes du sujet croient que l’acné est une manifestation visible d’un trouble systémique, pour la majorité il s’agirait de résistance à l’insuline, de débalancement hormonal, d’inflammation, de dysbiose intestinale (une perturbation de la flore digestive), de colonisation microbienne avec la souche Propionibacterium acnes et d’une alimentation sous-optimale. Les facteurs influençant l’apparition de l’acné incluent : la production excessive de sébum, l’hyper-kératinisation folliculaire (la production excessive de cellules et l’accumulation de peaux mortes) et puis la sécrétion accrue de messagers inflammatoires4.

Le pont entre le microbiotique et cosmétique

Il n’est plus à nier que les probiotiques ont un impact favorable sur les fonctions digestives. Plusieurs études démontrent que les problèmes de peau vont de pair avec un déséquilibre du microbiote intestinal. Des scientifiques russes ont découvert une telle dysbiose chez plus de la moitié de leurs patients acnéiques4. En outre, lorsque leurs patients souffrant d’acné recevaient des suppléments de probiotiques, ils pouvaient célébrer un raccourcissement de la durée de leurs traitements pour la peau4.

Une étude italienne administrant les probiotiques oraux Lactobacillus acidophilus et Bifidobacterium Bidifidum a supporté l’idée que ces bonnes bactéries représentent un adjuvant au traitement pharmacologique standard de l’acné, travaillant en synergie pour coupler leurs bienfaits5. Plusieurs dermatologues en Allemagne recommandent depuis quelque temps la levure Saccharomyces boulardii comme traitement complémentaire de l’acné. D’autre part, l’application topique de probiotiques a aussi permis de rehausser les propriétés antimicrobiennes de la peau5. Les résultats ont pu révéler que des extraits de Lactobacilles étaient utiles pour diminuer l’érythème et l’inflammation de la peau, puis résister contre les mauvaises bactéries et réduire la grosseur des lésions causées par l’acné2.

L’avancement médical est à un point tel que les chercheurs évoquent l’existence d’un axe intestin-peau et suggèrent que certaines souches bactériennes sont en mesure de diminuer l’apparition d’acné. Malgré que le procédé expliquant l’effet thérapeutique des probiotiques sur la santé de la peau ne soit pas bien connu, il semble que ce soit via la réduction de l’inflammation et du stress oxidatif4. Ensuite, les probiotiques agissent définitivement sur la flore microbienne de différentes zones de l’organisme bien au-delà du tube digestif4. En dernier lieu, les probiotiques produisent des protéines qui viennent inhiber la bactérie P. acnes qui est mal-aimée des dermatologues et de tous ceux ayant déjà été confrontés à l’acné5. Des recherches additionnelles nous permettront de comprendre davantage le rôle que peuvent jouer les suppléments probiotiques et les modifications alimentaires dans la lutte contre l’acné.

Quiz éclair pour voir qui sont les Experts!

Vrai ou Faux ? L’utilisation de probiotiques pour traiter l’acné est issue du nouveau siècle et de la science moderne, c’est tout récent comme idée scientifique.

Faux ! Les médecins des années 1930 se servaient de cultures de Lactobacillus acidophilus administrées par voie orale pour traiter l’acné. Les docteurs John H Stokes et Donald H Pillsbury avaient déjà compris l’étiologie gastro-intestinale de l’acné. Ce n’est que plus tard au cours du 20e siècle que des études cliniques sur le sujet ont fait éclosion.


RÉFÉRENCES

1Roudsari MR, Karimi R, Sohrabvandi S et Mortazavian AM. Health effects of probiotics on the skin. Crit Rev Food Sci Nutr. 2015 ; 55(9) : 1219-1240.

2Muizzuddin N, Maher W, Sullivan M, Schnittger S et Mammone T. Physiological effect of a probiotic on skin. J Cosmet Sci. 2012 ; 63 (6) : 385-395.

3Desmarais N. Traitement de l’acné et produits de vente libre – Quelles sont les options? (1re partie). Québec Pharmacie = La revue de formation continue du pharmacien. 2009-2010 ; 56(8) : 15-18.

4Clark AK, Haas KN et Sivamani RK. Edible Plants and Their Influence on the Gut Microbiome and Acne. Int J Mol Sci. 2017 ; 18(5) : E1070 [E-publication].

5Kober MM et Bowe WP. The effect of probiotics on immune regulation, acne, and photoaging. Int J Women’s Dermatol. 2015 ; 1(2) : 85-89.

6Ereaux L. Facts, fads and fancies in the treatment of acne vulgaris. CMAJ. 1938 ; 39 : 257-261.

7Bowe W, Patel NB et Logan AC. Acne vulgaris, probiotics and the gut-brain-skin axis: from anecdote to translational medicine. Benef Microbes. 2014 ; 5(2) : 185-99.

Comments are closed.