Écrit par

Les allergies alimentaires: pandémique?

Bien-être| Vues: 3289

Quand manger devient un danger

L’allergie alimentaire est une réaction excessive du système immunitaire à une protéine habituellement inoffensive présente dans un aliment. Chez les personnes affectées, le système immunitaire traite cette protéine comme un agent nocif contre lequel il doit se défendre. La réaction allergique peut être immédiate ou prendre du temps à se manifester. Les symptômes peuvent varier en gravité : allant de la difficulté à respirer ou à avaler à l’arrêt respiratoire. Certaines personnes peuvent souffrir de basse pression, d’accélération du rythme cardiaque ou même d’évanouissement. Dans la plupart des cas, les manifestations sont dermatologiques : urticaire, éruption cutanée puis rougeurs et démangeaisons de la peau. Enfin, l’allergie peut provoquer des crampes, la diarrhée, des vomissements et parfois des étourdissements1.

Selon les données canadiennes actuelles jusqu’à 5% à 6% des jeunes enfants souffrent d’une allergie alimentaire1. Heureusement, l’allergie viendra à disparaitre pour la majorité une fois leur entrée à l’école. Les principaux ingrédients allergènes – surnommés les allergènes alimentaires prioritaires – sont le soya, le lait, les noix, les arachides (qui sont des légumineuses et non pas des noix), les œufs, les poissons et fruits de mer, le blé et le triticale, les sulfites (des agents de conservation dans lanourriture), les graines de sésame et celles de moutarde1.

Les probiotiques dans tout ça ?!

À l’heure actuelle, malgré les percées scientifiques et médicales, il n’existe aucun remède pour les allergies alimentaires. L’unique moyen de prévenir la réaction allergique est d’éviter aussi complètement que possible l’aliment allergène1. En cas d’urgence, l’auto-injecteur Epipen© peut sauver des vies1. Mais, les chercheurs ont découvert que la flore intestinale des personnes allergiques révélait des perturbations, ce qui donne espoir qu’une correction microbienne pourrait améliorer l’état immunitaire2. Aussi, on associe l’exposition aux microbes à un jeune âge à une réduction de l’incidence d’allergies. En fait, les bonnes bactéries et leurs métabolites sembleraient essentiels à un développement immunitaire normal3. Ceci dit, la supplémentation probiotique peut aider à prévenir les allergies alimentaires, en autant bien sûr que le produit soit exempt d’allergènes (c’est le cas pour toutes les formules Probaclac, qui sont sans gluten, sans soya, sans noix, sans sésame, sans œufs, sans poisson ni crustacés, sans blé et sans sulfite*). Attention : bon nombre de probiotiques sur le marché sont cultivés avec produits laitiers et ont les Lactobacilles casei comme souche principale… un « cocktail » bactérien bien évidemment contre-indiqué en cas d’allergie au lait et/ou d’intolérance au lactose4.

*Medic contient des traces de soya et croquable peut contenir des traces de protéines laitières*

On découvre qu’il est possible de limiter les risques d’allergies chez les nouveau-nés en supplémentant la femme enceinte pendant sa grossesse5. L’Organisation mondiale de l’allergie (WAO) prend justement position à ce sujet et suggère aux femmes enceintes ayant une prédisposition génétique allergique de prendre des probiotiques en cours de gestation6. Ils proposent également aux femmes qui allaitent un bébé à risque d’allergies d’opter pour un probiotique6. Puis, enfin, elle conseille de supplémenter directement les enfants qui présentent une menace d’allergie6. *Veuillez prendre note que les comprimés croquables pour enfants peuvent contenir des traces de protéines laitières, requises en infimes quantités pour ce type de processus d’encapsulation. Dans l’assiette et au-delà de la supplémentation, les pré- et probiotiques alimentaires peuvent nourrir à la fois les bonnes bactéries dans votre intestin puis soutenir votre système immunitaire. À l’épicerie, munissez- vous de yogourts sans produits laitiers comme ceux au riz, au coconut ou au soya (à moins d’allergie/intolérance à ceux-ci), de kéfir (du yogourt fermenté), de kombucha (du thé fermenté), de choucroute et kimchi (des choux fermentés), de légumes et fruits en bonnes quantités, de légumineuses de toutes sortes et d’aromates (comme l’ail, les poireaux et l’oignon) pour mettre les chances de votre côté et faire fi aux allergies4.

Quiz éclair pour voir qui sont les Experts!

Vrai ou Faux? Les allergènes alimentaires prioritaires peuvent engendrer des réactions sévères qui constituent un danger pour la santé, tel un choc anaphylactique et un risque de mort.

Vrai. Le système immunitaire des personnes allergiques réagit de façon démesurée à une protéine allergène ou à un agent irritant. L’étiquetage approprié des aliments avec une liste complète des ingrédients et l’injection d’épinéphrine (qui est en fait de l’adrénaline) sont des outils indispensables à la santé publique.

Vrai ou Faux? L’adoption d’une diète sans allergènes par la mère durant la grossesse et l’allaitement permet de diminuer les chances d’allergie chez le poupon.

Faux. Un tel régime est sans impact même s’il y a des antécédents familiaux d’allergies alimentaires. Par contre, on remarque que les enfants qui sont allaités exclusivement dans les 4 à 6 premiers mois de leur vie seraient moins souvent allergiques.


RÉFÉRENCES

1Santé Canada [Site web]. Consulté le 21 janvier 2018. https://www.canada.ca/ fr/sante-canada/services/aliments-nutrition/salubrite-aliments/allergies- alimentaires- intolerances-alimentaires/allergies-alimentaires.html

2West CE, Jenmalm MC, Kozyrskyj AL et Prescott SL. Probiotics for treatment and primary prevention of allergic diseases and asthma : looking back and moving forward.Expert Rev Clin Immunol. 2016 ; 12 (6) : 625-639.

3Gern JE. Promising candidates for allergy prevention. J Allergy Clin Immunol. 2015 ; 136 (1) : 23-28.

4Allergie and Co [Site web]. Consulté le 22 janvier 2018. http:// www.allergieandco.com/probiotiques-sans-lait-sans-gluten/

5West CE. Probiotics for allergy prevention. Benef Microbes. 2016 ; 7 (2): 171-179.

6Fiocchi A, Pawankar R, Cuello-Garcia C, Ahn K, Al-Hammadi S. et al. World Allergy Organization – McMaster University Guidelines for Allergic Disease Prevention (GLAD-P) : Probiotics. World Allergy Organ. 2015 ; 8 (1) : 4.