Écrit par

Pour vieillir en santé…l’affaire est microbiote!

Bien-être, Santé intestinale| Vues: 2548

« On commence à vieillir quand on finit d’apprendre. »

– Proverbe chinois

Une bienheureuse vieillesse 

Après le Japon et la Corée du Sud, le Québec figure parmi les sociétés dont les personnes sont plus nombreuses à accéder aux stades avancés de la vie1. Malgré cette belle fortune, les statistiques sur la population vieillissante ne sont pas toujours très encourageantes. On nous informe des maladies associées au vieillissement, du déclin cognitif qui survient avec le temps, de la perte d’autonomie conséquente… Et si on misait sur la prévention de la sénescence, en protégeant un système extrêmement précieux dans le corps : l’imposant tube digestif ?! Les intestins communiquent constamment avec le système immunitaire et le système nerveux… voilà un centre d’activité qui affecte tout l’organisme. Avez-vous porté attention à son fonctionnement récemment ? Bien sûr, les problèmes de digestion peuvent survenir à tout âge, mais quasiment 40% des personnes de 65 ans et plus ont au moins un symptôme d’indigestion, ce qui peut grandement affecter leur santé ainsi que leur qualité de vie2.

Microbiote en santé rime avec longévité 

Le terme microbiote représente l’ensemble des micro-organismes qui résident dans le corps. Chez l’hôte humain, les bactéries se regroupent dans différentes régions de l’organisme : la bouche et la gorge, le nez, le tractus intestinal, la peau, les parties uro-génitales, et ainsi de suite3Le microbiote intestinal, le plus volumineux et le plus important chez nous, contient des dizaines de trillions de micro-organismes et au moins mille espèces bactériennes différentes avec plus de trois millions de gènes3. Le tiers de cette population de « résidents permanents » est commun d’un individu à l’autre, tandis que l’autre deux-tiers nous est propre et constitue notre microbiote personnel3. La portion qui nous caractérise provient de nos parents, de notre alimentation et de la façon dont on vieillit4La compréhension du fonctionnement du microbiote permet d’approfondiles connaissances de son impact sur la santé, on sait maintenant que le déséquilibre microbiotique viendra mettre la santé de l’hôte humain en péril.

Plus précisément, l’équilibre bactérien est perturbé lorsque :

  • Le profil bactérien change car les mauvaises bactéries prennent le dessus, chassant les bonnes bactéries (comme dans le cas de diverses infections)
  • La diversité bactérienne s’appauvrit à cause de la prédominance de certaines souches et l’extinction d’autres (par exemple, lors de surplus de poids ou d’une alimentation carencée)
  • Les populations bactériennes sont moins nombreuses, avec le déclin des bonnes et des moins bonnes espèces (telle la défloraison bactérienne suite à la prise d’antibiotiques).

Les probiotiques dans tout ça?

On sait qu’un régime alimentaire varié riche en fibres et en glucides complexes peut bonifier la diversité bactérienne du corps et favoriser la survie des bactéries bénéfiques5. En plus d’une alimentation saine, l’absence de tabagisme, l’abstinence de drogues, modérer sa consommation d’alcool et la mesure quant à la prise de médicaments, sont toutes des habitudes promotrices d’un microbiote en santé. Les suppléments de probiotiques font aussi fleurir le microbiote, constituant une stratégie sécuritaire et efficace pour contrer un nombre de problématiques, dont :

  • Les troubles digestifs (diarrhée, constipation, ballonnements, etc.)6
  • Les maladies dégénératives (Parkinson et Alzheimer)7
  • Les réactions auto-immunes (allergies et eczéma)8
  • Les maladies inflammatoires (colite ulcéreuse et syndrome de l’intestin irritable)9
  • Les infections de toutes sortes (respiratoires, urinaires, génitales, de l’oreille, entre autres)10
  • L’embonpoint et les désordres métaboliques (obésité, diabète, troubles alimentaires…)11
  • Les problèmes dermatologiques (rides, sécheresse de la peau, photosensibilité et autres)12

Les mécanismes d’action des probiotiques sur les systèmes humains sont multiples, notamment ; 1) l’amélioration de l’imperméabilité de notre barrière intestinale pour se protéger des toxines et bactéries étrangères, 2) la défense contre les bactéries pathogènes en compétitionnant pour les sites récepteurs et les nutriments dans notre écosystème, 3) la modulation de notre système immunitaire et la production de cytokines protectrices, 4) la régulation du système nerveux périphérique avec un impact sur notre mémoire, notre sensation de douleur, parmi d’autres fonctions essentielles dans le corps.

Lorsque vient le temps de choisir votre probiotique, assurez-vous de retrouver les garanties suivantes :

  • Une formule multi-souches avec des Bifidobactéries, des Lactobacilles et d’autres bactéries amies pour refléter la composition naturelle de la flore probiotique humaine (comme on en retrouve dans tous les produits de la famille Probaclac)
  • Des choix de souches adaptées selon votre âge, votre condition physique et la composition de votre flore intestinale pour assurer la meilleure formule de bactéries bénéfiques pour vous (pour plusieurs, le Probaclac 50+ est tout à fait indiqué à ce stade de leur vie)
  • Des capsules pratiques et adéquates pour faciliter l’usage du supplément et assurer que les souches ont la capacité de résister à l’acidité de l’estomac (les probiotiques Probaclac sont offerts dans des capsules lyophilisées qui sont sans réfrigération et qui agissent dès l’administration)
  • Le dosage idéal, selon les recommandations de la Société Canadienne de pédiatrie et de Santé Canada (le Probaclac Enfants contient 3 milliards de cellules probiotiques actives par capsule tandis que le Probaclac Extra-Fort en contient 10.5 milliards).

Ayez du cœur au ventre, du vent dans les ailes et un esprit jeune… Votre âge ne suivra pas les années !


RÉFÉRENCES

1Institut de la statistique du Québec. Vieillissement comparé du Québec et des pays de l’OCDE : le baby-boom québécois continuera de laisser sa trace. Consulté le 4 février 2018. [Site web]. http://www.stat.gouv.qc.ca/salle-presse/communique/communique-presse-2015/juin/juin1502b.html

2WebMD. Aging and digestive health. [Site web]. Consulté le 4 février 2018. https://www.webmd.com/digestive-disorders/features/digestive-health-aging#1

3Gut Microbiota for Health. What is gut microbiota ? Consulté le 4 février 2018. [Site web]. http://www.gutmicrobiotaforhealth.com/en/about-gut-microbiota-info/

4Benson AK, Kelly SA, Legge R, Ma F, Low SJ et al. Individuality in gut microbiome composition is a complex polygenic trait shaped by multiple environmental and host genetic factors. Proc Natl Acad Sci. 2010 ; 107 : 18933-18938.

5Radio-Canada. Le microbiote : un allié contre l’obésité ? Consulté le 4 février 2018. [Site web]. http://ici.radio-canada.ca/nouvelle/740901/microbiote-obesite-alimentation-intestin-epidemie

6Guarino A, Guandalini S et Lo Vecchio A. Probiotics for Prevention and Treatment of Diarrhea. J Clin Gastroenterol. 2015 ; 49 : s37-45.

7Akbari E, Asemi Z, Daneshvar Kakhaki R et al. Effect of Probiotic Supplementation on Cognitive Function and Metabolic Status in Alzheimer’s Disease : A Randomized, Double-Blind and Controlled Trial. Front Aging Neurosci. 2016 ; 10 (8) : 26-30.

8West CE. Probiotics for allergy prevention. Benef Microbes. 2016 ; 7 (2) : 171-179.

9Brenner DM, Moeller MJ, Chey WD et Schoenfeld PS. The utility of probiotics in the treatment of irritable bowel syndrome : a systematic review. Am J Gastroenterol. 2009 ; 104 (4) : 1033-1049.

10Bischoff, SC. Microbiota and aging. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2016 ; 19 (1) : 26-30..

11Sanchez M, Darimont C, Drapeau V, Emady-Azar S et al. Effect of Lactobacillus rhamnosus CGMCC1.3724 supplementation on weight loss and maintenance in obese men and women. Br J Nutr. 2014 ; 111(8) : 1507-1519.

12Sharma D, Kober MM et Bowe WP. Anti-Aging Effects of Probiotics. J Drugs Dermatol. 2016 ; 1 : 9-12.