Caroline AllenÉcrit par

Probiotiques: une révolution immunitaire

Bien-être| Vues: 1704

« Les espèces qui survivent ne sont pas les plus fortes ni les plus intelligentes, mais celles qui s’adaptent le mieux au changement » – Charles Darwin

L’organisme humain, malgré toute sa complexité et sa résilience, est constamment à risque d’infection. Notre système immunitaire est la barrière de défense contre les pathogènes étrangers omniprésents dans notre environnement. Dès la naissance, et même avant (dans le ventre de sa mère), le microbiote du bébé se développe, atteignant son pic de colonisation bactérienne après la première année de vie. Les facteurs pouvant influencer le développement de la flore protectrice chez le poupon sont: le traitement antibiotique, le mode d’accouchement, l’alimentation de la mère, le choix de lait maternel ou de formule ainsi que la biodiversité microbienne dans la maison et chez les proches1. À prime abord, l’allaitement favorise l’immunité en diversifiant la flore bactérienne chez les bébés. En effet, les enfants allaités ont davantage de Bifidobactéries et de Lactobacilles dans leurs petits organismes2. D’autre part, la fameuse hypothèse de l’hygiène propose qu’une exposition réduite aux microbes pendant la période néo-natale et l’enfance expliquerait la recrudescence de maladies auto-immunes3. Aussi, on associe l’exposition aux bactéries environnantes à un jeune âge à un risque moindre d’allergies.

La distribution des colonies de bactéries dans le corps est loin d’être uniforme… L’estomac en héberge très peu (moins de 10% de la population bactérienne) à cause de son acidité élevée, tandis que le petit intestin en a une plus grande quantité (de 10 millions à 100 millions de bactéries) puis le colon en est l’épicentre (plusieurs centaines de billions de bactéries)4. Le tissu lymphoïde associé au tube digestif représente presque 80% de notre système immunitaire, démontrant l’importance de la flore intestinale sur l’immunité humaine5. Comparable à un énorme centre de contrôle et souvent appelé le deuxième cerveau, le système immunitaire intestinal a la tâche complexe de maintenir l’intégrité digestive en présence de nombreux pathogènes externes. Parfois, la réponse immunitaire aux bactéries exogènes est exagérée et inappropriée, comme dans le cas des troubles intestinaux suivants : les maladies inflammatoires, le syndrome de l’intestin irritable et les allergies alimentaires1

Le microbiote et l’immunité

En l’absence d’une colonisation adéquate à l’enfance ou suite à une antibiothérapie à tous les stades de la vie, il y a un déséquilibre de l’écosystème bactérien (une dysbiose) qui peut donner lieu à des problèmes de santé importants comme les maladies auto-immunes. On reconnait le rôle primordial joué par le microbiote sur son hôte et particulièrement sur le système immunitaire5. Les cellules bactériennes stimulent directement et indirectement les cellules immunitaires, de façon à permettre la communication à double-sens entre la barrière épithéliale intestinale et le tissu immunitaire6. Les troupes de bonnes bactéries qui résident en nous produisent une armée de substances (appelées post-biotiques) qui contribuent à protéger la barrière intestinale et à réguler notre immunité intestinale et générale7.

La supplémentation en probiotiques

Les communautés scientifiques et médicales s’intéressent particulièrement au concept de modulation du microbiote intestinal, en vue de restaurer l’homéostasie immunitaire de l’être moderne8. Les probiotiques représentent une option thérapeutique pour les adultes, et une stratégie préventive en début de vie1. Une intervention de supplémentation probiotique pendant la grossesse et dès les premiers mois après la naissance semblerait être la plus efficace pour supporter la maturation du système immunitaire et ses fonctions tout au long de l’existence1. À un stade bien plus avancé de la vie, les probiotiques ont été utilisés avec succès chez les aînés pour traiter des infections respiratoires et gastro-intestinales puis améliorer la réponse à la vaccination. L’administration de probiotiques ne cause pas d’effet secondaire indésirable, malgré que leur utilisation ne soit pas conseillée chez la clientèle ayant un déficit immunitaire. Pour les personnes qui doivent prendre des antibiotiques, les probiotiques sont utiles et fortement recommandés, en autant d’espacer la prise des traitements d’environ 2 heures.

Quiz éclair pour voir qui sont les Experts!

Vrai ou Faux? Le vieillissement entraîne une diminution de la diversité bactérienne et une réduction drastique de colonies bactériennes totales, causant une vulnérabilité immunitaire au 3e âge.

Vrai! Ce déclin du système immunitaire (nommé immuno-sénescence) constitue un processus évolutif naturel.

Vrai ou Faux? Le régime alimentaire a un impact mineur sur la santé du microbiote.

C’est faux! Les aliments fermentés (yogourts, kéfir, choucroute, marinades, etc.) et les aliments prébiotiques (fruits, légumes, miel…) apportent des bactéries bénéfiques et nourrissent les colonies bactériennes du corps.


RÉFÉRENCES

1Frei R, Adkis M et O’Mahony L. Prebiotics, probiotics, synbiotics, and the immune system : experimental data and clinical evidence. Curr Opin Gastroenterol. 2015 ; 31 (2) : 153-158.

2Walker A. Intestinal colonization and programming of the intestinal immune response. J Clin Gastroenterol. 2014 ; 48 : S8-S11.

3Steinert A, Radulovic K et Niess J. Gastro-intestinal tract : The leading role of mucosal immunity. Swiss Med Wkly. 2016 ; 146 [E-publication].

4Giorgetti G, Brandimarte G, Fabiocchi F, Ricci S et al. Interactions between innate Immunity, Microbiota, and Probiotics. J Immunol Res. 2015 [E-publication].

5Xiao L, Ding G, Ding Y, Deng C, Ze X et al. Effect of probiotics on digestibility and immunity in infants : A study protocol for a randomized controlled trial. Medicine (Baltimore). 2017 ; 96 (14) [E-publication].

6Alarcón P, González M et Castro É. The role of gut microbiota in the regulation of the immune system. Rev Med Chil. 2016 ; 144 (7) : 910-916.

7Praharaj I, John SM, Bandyopadhyay R et Kang G. Probiotics, antibiotics and the immune responses to vaccines. Philos Trans R Soc Lond B Biol Sci. 2015 ; 370 (1671). [E-publication].

8Peterson CT, Sharma V, Elmén L et Peterson SN. Immune homeostasis, dysbiosis and therapeutic modulation of the gut microbiota. Clin Exp Immunol. 2015 ; 179 (3) : 363-377.

9Bischoff, SC. Microbiota and aging. Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2016 ; (1) : 26-30.

10Vaiserman AM, Koliada AK et Marotta F. Gut microbiota : A player in aging and a target for anti-aging intervention. Ageing Res Rev. 2017 ; 35: 36-45.

Comments are closed.